Etape 49- Perpignan

Publié le par Marcel

49-Perpignan-map
Une semaine pour faire Carcassonne-Perpignan !!! C'est digne du Moyen-Age ! Perpignan ! Enfin le Grand Sud ! Mais je ne verrai pas le moindre bout de soleil...

49-Perpignan-01
C'est donc tout courbaturé que je suis arrivé chez zebigtroll mon hôte à Perpignan. Voyant ma mine déconfite, il me propose un p'tit coup de Banyuls accompagné d'une rousquille, biscuit ancestral du pays (preuve que ce sont bien les catalans qui ont inventé la roue !) et m'enfile illico un maillot catalan et une barratina (coiffe traditionnelle) sur la tête (ok, ok... je ressemble au grand schtroumpf mais je n'allais pas vexer mon hôte...).
En trinquant celui-ci me raconte l'origine du drapeau catalan : ce serait l’Empereur franc Louis le Pieux, au IXe Siècle, qui aurait dessiné sur l’écu doré du Comte de Barcelone, Guifred le Poilu, les barres rouges avec quatre doigts trempés dans le sang du Comte, blessé lors d'une bataille contre les Normands.

49-Perpignan-02
Il a fallu ensuite que je pose avec l'équipe locale l'Ouillade (très bon plat Catalan), menée par le très célèbre et unique Zebigtroll (la bête bleue derrière moi). L'USAP a de tout temps tenté de le recruter pour jouer au côté de Nicolas Mas (pilier de l'USAP et de l'équipe de France) mais il a toujours refusé pretextant qu'il n'est pas taillé pour ce sport de lopettes et préfère de très loin les subtilités et raffinements du BloodBowl.
Je m'esquive discrètement ayant un peu peur de servir de ballon pour le prochain match...

49-Perpignan-03
A peine changé, les deux trollettes de la maison (qui lorgnaient la boite aux lettres depuis une semaine) me séquestrent dans leur chambre pour me présenter à des soi-disant amis... Aie aie aie ! Vais-je finir mon voyage affublé d'une robe de Barbie ou devenir le doudou d'un de ces affreux Playmobils ? Il n'en est rien, que du beau monde, et c'est volontiers que je me prète à la séance photo.

49-Perpignan-04
Départ à vélo (malgré le temps très couvert et humide) pour une petite visite de Perpignan et comme il se doit, honneur au monument emblématique de Perpignan : le Castillet.
Construit vers 1368, c'est le seul vestige des remparts, détruits en 1904, qui cernaient Perpignan. Porte de la ville, le Castillet permettait de traverser les remparts et de faire communiquer la ville avec le faubourg par un pont-levis. Sous Louis XI le Castillet devint prison d'état.

49-Perpignan-05
Me sachant amateur de vieille pierre, mon hôte me conduit jusqu'au Palais des Rois de Majorques qui domine la ville de Perpignan, capitale du royaume de Majorque à la fin du XIIIe siècle.
Les remparts de la citadelle qui cernent le palais sont impressionnants.
C'est avec fierté que mon hôte me présente la porte de la citadelle réalisée par son grand-père, un forgeron du quartier qui travaillait avec les monuments historiques.

49-Perpignan-06
On pénètre dans la citadelle par de larges escaliers qui permettaient le passage des chevaux.

49-Perpignan-07
Et voici l'entrée du Palais qui fut construit à l'époque du Roi de Majorque Jaume II.

49-Perpignan-08
Direction la promenade des Platanes pour admirer quelques statues du sculpteur Aristide Maillol. "Euh... bonjour madame..."

49-Perpignan-09
Un petit arrêt au square Bir Hakeim, le poumon vert de la ville, qui abrite de très vieux platanes plantés en 1809.

49-Perpignan-10
Et pour finir il fallait absolument que je fasse un petit clin d'oeil à Dali en passant par le Centrrrrre du Monde : la gare de Perpignan !
Celle-ci est en pleine mutation avec l'arrivée prochaine (et tant reportée...) de la ligne TGV Perpignan-Barcelone.

Marcel.

A cause du mauvais temps, je n'ai pu apercevoir le Fujiyama Catalan : le Canigou, perdu dans les nuages... Ni la méditerranée car le dimanche il a plu.
Direction Montpellier maintenant pour ma remontée vers le grand Nord !

Commenter cet article