Etape monde-07: Tunis (Tunisie)

Publié le par Marcel

 

W07-Tunis-map

 

Salamaleïkoum!

Après un petit séjour en Espagne à Madrid chez Loran, je m’enfonce encore plus au sud en traversant la Méditerranée pour atterrir dans la capitale Tunisienne : Tunis !

Première impression : il fait chaud, très chaud, très très chaud mais sec ! Super, ça c’est une bonne chaleur. Pas de moiteur dans l’aire, la mer est proche : je sens ses embruns d’ici. Je suis chaleureusement reçu par Caransilman qui m’a avoué qu’il ne m’attendait plus. J’ai failli ne pas venir car sur mon trajet entre Madrid et Tunis un homme a ouvert mon enveloppe qui me sert de moyen de transport. Je me serais retrouvé seul, abandonné dans un coin d’une poste madrilène ou tunisienne. Ce n’est pas grave ! L’important, c’est que je sois là.

Très rapidement, mon nouvel ami me raconte l’histoire prestigieuse de Tunis et de sa banlieue notamment la fameuse Carthage. Je comprends très vite qu’il a du monde qui est passé par ici et que chacune de ces personnes ont laissé des traces : les Puniques, les Romains, les Vandales, les Arabes, les Chrétiens, les Italiens et les Français.

Aujourd’hui, Tunis est la capitale économique et politique d’un pays indépendant de plus de 10 millions d’habitants dont plus de 2 millions vivent sur cette étroite bande de terre comprise entre deux lacs.
Vu du ciel cela donne ça. Essayez de me trouver !

 

W07-Tunis-01 [640x480]

 

En arrivant chez Caransilman, je me permets de lui faire une remarque. On construit de partout. Il me confirme que Tunis ainsi que sa banlieue est en plein boum économique et que la capitale se dote d’infrastructures modernes, d’immeubles de locations et qu’il y a donc des travaux partout.

 

W07-Tunis-02 [640x480]

 

Cela n’a pas l’air de déranger mon nouvel ami qu’il me confirme qu’à force on s’habitue aux embouteillages, aux ralentissements et à une conduite un peu rodéo.

 

W07-Tunis-03 [640x480]

 

Sur le chemin, nous ne passons pas par la boutique préférée de Caransilman car il n’y a pas de boutique de jeux en Tunisie. Je n’ai plus qu’à choisir un jeu dans la collection perso de mon nouvel ami qui a organisé une partie pour ce week-end. J’hésite entre un Mare Nostrum et un Méditerranée. J’opte pour le deuxième.

 

W07-Tunis-04 [640x480]

 

Le lendemain, nous partons en banlieue pour faire une petite partie. Je profite de la chance qu’ils ont de pouvoir jouer dehors, à l’ombre près d’un bon verre d’une boisson jaunâtre très fraiche et très connue. C’est agréable.

W07-Tunis-05 [640x480]

 

Durant la partie, je me suis promis de protéger Tunis des invasions probables. J’ai donc réuni un certain nombre de soldats sur terre et deux galères en mer pour protéger la cité.

 

W07-Tunis-06 [640x480]

 

Mais ne pouvant résister non pas à une razzia des Barbaresques mais à celle des Génois, je me retrouve en train de nager dans un plat de chips.  

 

W07-Tunis-07 [640x480]

 

Sur le retour, Caransilman fait un détour. Il veut me montrer la Carthage punique et romaine. 


W07-Tunis-08 [640x480]

 

Je visite les maisons puniques de la colline de Byrsa. Ces ruelles qui devaient grouiller de monde venus de toute la méditerranée jouxtaient des maisons commerçantes. Ces rues amenaient à l’acropole de Byrsa lieu sacré ou les gens priaient Eschmoun, dieu de la médecine.

 

W07-Tunis-09 [640x480]

 

Depuis la colline Byrsa, le panorama sur le golf de Tunis et les montagnes du Cap Bon est magnifique.

 

W07-Tunis-10 [640x480]

 

Je termine cette petite visite par un détour par les citernes enterrées de Maâlaga. Ces citernes alimentaient la Carthage romaine en eau. Les Romains qui savaient concevoir de vastes plans d’irrigation avaient construit en 132 après J.-C., sous l’empereur Hadrien un aqueduc qui allait de Zaghouan jusqu’à Carthage sur 132 km. Ils étaient vraiment les grands bâtisseurs de l’antiquité ces Romains.

 

W07-Tunis-11 [640x480]

 

Après cette folle journée, je vais prendre un peu de repos car la journée de demain est également bien chargée. J’ai rendez-vous avec la ville arabe.

Dès le matin, on quitte la maison de Caransilman pour nous rendre au Musée du Bardo. Ce musée, qui était avant le palais beylical se trouve dans le quartier du Bardo. Il est le musée qui conserve la plus grande collection romaine du monde.

 

W07-Tunis-12 [640x480]

 

J’ai rendez-vous avec les élèves de Caransilman qui font un cours sur les divinités grecques. Je suis chaleureusement pris en charge par le jeune Gabriel qui va prendre soin de moi pendant cette matinée.  

 

W07-Tunis-13 [640x480]

 

Grâce à mon nouveau compagnon je découvre la richesse de ce musée et Gabriel me raconte les nombreuses histoires de mythes grecs comme celui d’Ulysse et les sirènes et celui d’Apollon. 

 

 

W07-Tunis-14 [640x480]
W07-Tunis-15 [640x480] 

 

En fin de matinée, je profite d’un moment d’inattention de la part de Gabriel pour laisser mon hôte avec ses élèves et m’échapper.

Je fonce vers cette fameuse médina. Lieu de vie des populations arabes dès l’occupation de la ville au VIIe siècle, elle caractérise parfaitement la culture arabe de l’époque médiévale. Ces palais, sa mosquée « Jamal el Zitouna » , ses souks qui regorgent d’épices et de senteurs m’enivre.

 

W07-Tunis-16 [640x480]

 

W07-Tunis-17 [640x480]

 

J’ai décidé de ne plus repartir. Ce pays est magnifique. Caransilman m’avait prévenue. Il en est tombé amoureux il y a neuf ans. Il faut absolument me trouver un costume pour passer inaperçu. J’opte pour la chéchia et le dromadaire.

 

W07-Tunis-18 [640x480]

 

W07-Tunis-19 [640x480]

 

Et je passe la semaine à bavarder autour d’un thé à la menthe avec quelques habitants de la médina.

W07-Tunis-20 [640x480]

 

Une semaine s’écoule. Le week-end, je profite d’un magnifique rayon de soleil sur la place des ministères au niveau de la Kasbah lorsque je vois arriver mon hôte.

W07-Tunis-21 [640x480]

 

Malheureusement, il ma reconnu et me mets la main dessus. Après une petite leçon de savoir vivre, je  me retrouve dans une enveloppe en partance pour Mayotte pour de nouvelles aventures. Je vais, soi-disant, faire attendre Tupak Amaru.

Dommage, j’avais bien aimé la vie paisible de Tunis.

Beslama filamen.

Marcel.

Commenter cet article