Etape 44-Saint-Emilion

Publié le par Marcel

J’ai cru un moment ne jamais arriver à Saint-Emilion, ça commençait à m’inquiéter. Aussi quel ne fût pas mon soulagement de voir enfin l’enveloppe s’ouvrir, et à la tronche de Makem qui m’apparut, tel un messie, dans l’entrebâillement du papier, le soulagement était partagé.

Pour fêter mon arrivée, j’ai eu droit à une petite mise en bouche qui laissait présager un séjour bien agréable. Mais c’était sans compter sur une saloperie que les meeples ne connaissent pas : la grippe. Et bien, Makem, il s’en tenait une bonne. Il a quand même tenu à me faire faire le tour des vignobles dans un état semi-comateux. Pour les dégustations, il m’a promis de me réinviter.


N’empêche, j’avais hâte, à Saint-Emilion c’est plein de Châteaux, et moi le Meepouic de Carcassonne, les Château c’est mon truc. Et bien…pour les girondins, le Château c’est pas comme on croit…
Ca a commencé par le Château Ausone du même nom que le poète de la région, mais ce n’était pas pour autant sa demeure. Reste qu’une des plus importantes villas Gallo-Romaine s’étendait en bas de la propriété (derrière moi sur la photo) mais que bon, vu le prix de l’ha de vignes ici...les fouilles c’est pas pour demain…


 Makem, il m’a dit « tu sais, les Eglises c’est pas mon truc, et à Saint-Emilion, comme il en est un peu beaucoup question, je vais te montrer l’essentiel des monuments.
Il y a donc la Tour du Roy qui n’a jamais hébergé de roi mais fût construite sur ordre d’Henri III, duc d’Aquitaine et accessoirement Roy d’Angleterre.  Mais Makem à l’aspect historique privilégie le côté pratique et plaisant du lieu. C’est donc de cette tour que sont proclamés l’ouverture des vendanges (ban) et la Jurade (pour célébrer le vin nouveau) à l’occasion de deux grandes fêtes bien arrosées.


Ensuite, vu que les vendanges étaient terminées, j’ai gouté les quelques grapillons qui restaient sur les sarments, presque au cœur de la ville. Makem en a profité pour me dire que Saint-Emilion a la particularité d’être construite avec les pierres provenant des carrières qui sont sous la ville, ce qui entraine une instabilité de certains bâtiments, comme celle de l’église monolithe. Saint-Emilion, c’est une sorte de Villa Paletti en fait…


A oui, pour habiter dans la région faut aimer le vin…mais surtout la vigne, il n’y a que de ça partout !
Les paysages de la Juridiction de Saint-Émilion, ont été inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO au titre de paysage culturel. Ce qui fait que les vignobles et surtout la ville sont préservés dans leur écrin.


On a poursuivit par un petit tour des beaux châteaux, (toujours sans murailles) qui m’ont bien mis l’eau le vin à la bouche.




Pour finir, un détour à Pomerol et à Petrus, sur les genoux d’un saint que Makem ne connaissait pas (rien de surprenant). Petrus c’est 11 ha mais seulement un chai et une salle de dégustation, pas de maison d’habitation, rien de flamboyant. Et d’après Makem il y a encore quelques années, on pouvait passer devant sans rendre compte. De toutes les façons qu’importe le flacon!


Sur le chemin du retour, mon hôte m’a montré l’Orient, le café où Le Dragon Libournais (l’asso libournaise JDR/JDP de Kelstar Koren)  allait organiser le Café Tour Asmodée le premier mercredi de chaque mois.


Ainsi se termine mon séjour chez Makem qui s’en voulait de ne pas avoir été en état de me faire faire une ou deux descentes de cave. A présent, je reste en Gironde, mais je prends la route pour me rendre chez Elfyr à Bordeaux.

Marcel.
 

Commenter cet article