Etape 36- Chartres

Publié le par Marcel


Terre, terre !

Après un nouveau voyage avec mon moyen de transport favori, me voila chez un nouveau hôte acceuillant pour un court séjour à Chartres, en Eure et Loir.


Le premier soin de Sulfur-E est de me faire visiter le nouveau complexe aquatique de Chartres, qui vient d’ouvrir le week-end dernier.


Nous profitons de tout les charmes de l’établisement (tobogan, rivière à courant, salle de fitness…) et resortont en pleine forme et prêt pour une soirée agitée.

Et la soirée fut agité en effet ! Sulfur-E m’a emmené dans une ancienne abbaye, nationalisé pendnat la révolution et qui acceuille aujourd’hui entre autre les Gargouilles Ludophiles, charmante association ludique et chartraine. Au programme de ce soir (comme tout les soir Minus, conquérir le monde mwouahahaha…. Je m’égare) au programme donc, du jeu, du jeu et encore du jeu !


Certains joueurs semblent par contre prendre le jeu très au sérieux, et ne pas vraiment supporter la défaite.

Heuresement, d’autres jeux (et d’autres joueurs) permettent à la soirée de continuer.


Un tour en train me permet de visiter les alentours (américains ? ils ne doivent pas boire que de l’eau la-bas ? ndlr), puis je pars explorer la jungle à la recherche d’un trésor perdu.


Mon expédition sera toutefois décimé par la maladie avant d’arriver au temple maudit.


Perdu dans la jungle, je suis attiré par un fracas métallique et  de grandes clameurs. Déboulant des fourrés, je me retrouve au milieu d’une bataille rangé.


Mon naturel peu belliqueux reprenant le dessus, je m’éloigne rapidement en direction de ce qui me parait être un chantier de construction.


Effectivment, on construit ici une cathédrale. J’ai visiblement du passé dans une machine à remonter le temps, car Sulfur-E m’a promis de m’emener la visiter demain.
La soirée touchant à sa fin, nous repartons pour rentrer nous reposer. Mais une surprise m’attend à l’extérieur.


Mes fans m’attendaient pour un bain de foule ! Un moment de communion avec le public, qui suit mes aventures et m’a toujours soutenu. Je tient d’ailleurs à les remercier tous, sans eux tout ceci ne serait pas possible.

Bref, après une bonne nuit de sommeil, nous voila partie à la découverte de la ville.
Pour commencer, nous rendons visite à Yves, tenancier de la boutique locale et patron des éditions Try.


Nous poursuivons ensuite, et Sulfur-e me raconte l’histoire du Général Marceau. Ce jeune Chartrain s’est engagé dans l’armée napoléonienne comme lieutenant, ou ses succés l’ont hissé au grade de Général à 24 ans. 3 ans plus tard, il est héroiquement tombé au combat. Aujourd’hui, un lycée porte son nom, une statut orne la place principale et un monument orne les rues piétonnes.



Pour finir, nous nous rendons à la cathédrale, point culminant de la ville depuis 800 ans.


Cette cathédrale posséde de magnifiques vitraux, célébres pour leurs couleurs bleus unique au monde. Il faut savoir que ces vitraux ont été entièrement démonté pendant la seconde guerre mondiale, et caché chez des particuliers pendant toute la durée de l’occupation. On ainsi pu voir l’intérieur de la nef recouverte de neige. A la libération, l’ensemble des vitraux retrouvera sa place, en ne déplorant aucune perte et seulement quelques dégats mineurs.
Elle a également été témoin d’un évenement historique degrande ampleur : en 1594, Henry de Navarre, prétendant au trone, qui n’était pas encore le bon roi Henry, s’est arrété à Chartres dans sa marche sur la capitale.
Selon son expression, « Paris vaut bien une messe ». Cette messe fut dite à Chartres le 27 février, couronnant le roi Henry 4. Chartres rejoint le cercle très fermé des cathédrales ayant sacré un roi, cercle ne comprenant que 2 autres villes.


Après cette après midi passionnante et instructive, je reprend la route pour rejoindre mon prochain hôte.


Marcel.

Commenter cet article