Etape 15- Anse

Publié le par Marcel


Ouf !

Après toutes ces aventures urbaines (merci encore, Guyomar, sympa !), il était temps de retrouver la campagne… Oh, pas très loin, à une petite trentaine de km au nord de Lyon, à côté de Villefranche-sur-Saône (mais si, vous savez bien, la patrie de Ludo le Gars et de ses Ludophiles ! Les conscrits ! La ville de naissance du père Paul Duré !).

Là, à Anse, on entre dans le pays du beaujolais et des pierres dorées. Le vin n’y est pas fameux fameux (en tous cas pas ici ; un peu plus haut, limite bourgogne, si !), mais les gens y sont sympas.
La preuve, la petite famille de Gadget m’a accueilli à bras ouverts dans leur appart’ au milieu des vignes.


J’ai appris, avec joie et étonnement, que Nicolas (7 ans) et Sam (4 ans) trépignaient d’impatience à l’idée de me recevoir.
J’ai tout de suite été adopté, ça fait plaisir…


On m’a même tiré le portrait !


Mercredi, le temps a été bien pourri, mais ça n’a pas empêché mon hôte de me faire visiter sa petite ville gallo-romaine (Asa-Paulini à l’époque…)
Je n’ai hélas pas pu voir la mosaïque du 1er siècle av. J.-C. retrouvée ici, la salle l’exposant étant fermée.
Par contre, on a visité le « Château des tours », du XIIIe siècle, en plein travaux de réhabilitation. C’est pas Caylus, c’est pas Carcassonne (*soupir*), mais on fait avec ce qu’on a…


Et puis c’est vrai que le vieil Anse est plutôt sympa, avec même une bonne petite salle de spectacle qui a abrité en son temps les studios de la très éphémère SRT (Station Rhôdanienne de Télévision). Jamais entendu parler de ça, moi…


Une petite curiosité qu’on trouve ici, c’est la « voie de 38 », chemin de fer dont l’intérêt touristique est nul, mais qui a le mérite d’exister… C’est l’une des dernières voies de cette taille fonctionnant encore et les locos et wagons qui y circulent sont des pièces de collection,  paraît-il (information à prendre avec des pincettes, Gadget s’y connaissant mieux en règles de jeux de trains qu’en trains véritables… D’ailleurs, à quand une carte « Anse » pour Age of Steam ?)


J’ai vu aussi l’impressionnant Cyprès Chauve de 40 mètres, fierté des jardiniers de la ville, et qui n’aurait pas dépareillé sur un plateau individuel de Waldmeister :


De retour chez mes hôtes, j’ai pu me reposer en faisant une petite partie de Pirates Chanceux… D’ailleurs, Sam a gagné avec moi (mais ça m’a fait tout drôle de redevenir, le temps d’une partie, un simple meeple manipulé).
   

J’aurais bien fait un Agricola (c’est le jeu préféré de Nico), mais la fatigue se fait sentir.
Gadget m’avait préparé de quoi dormir à une place qui me convient bien, sur une étagère à jeux, non loin de pleins de collègues bien au chaud dans leurs boîtes, rangés de manière légèrement psycho-rigide (voire limite psychopathologique) dans des sachet zippés. Ah, pauvres esclaves colons portoricains, pauvres chevaliers, pauvres pondeuses-météo, pauvres nobles, rats, princes, wagons, barres d’uranium, marchands, prévôts ou fermiers qui ne verront jamais le monde comme je le vois…


En tous cas, la vue par la fenêtre de ma chambre est sympa.


Le lendemain, enfin le beau temps !!!
Arf, c’est pas trop tôt parce que bon, petit train et château du XIIIe, c’est un peu léger, je veux voir la nature ! Et sous le soleil, c’est mieux !

Alors voilà le plan d’eau : encore un peu tôt dans la saison pour se baigner, d’autant que je suis frileux, mais le lieu est paisible.


Au sommet de la colline au flanc de laquelle vit mon hôte, on peut voir du côté ouest les agréables coteaux des monts du beaujolais, striés de vigne,



et à l’est la plaine de l’Ain, avec le Mont Verdun.


Par temps clair, le Mont Blanc se découpe au loin. Pas aujourd’hui, hélas.

Mais je dois déjà quitter cette jolie région, sans avoir eu le temps ni de visiter les villages typiques des alentours, construits avec les fameuses pierres dorées dont les carrières regorgent dans le coin, ni de faire un bœuf avec mon hôte...
Bah, tant pis, ça fera une excuse pour revenir…

Donc après un petit câlin,


le désormais traditionnel « baiser pouic » (mais qu’est-ce qu’ils ont tous, ces trictraciens !?),


des adieux déchirants (qu’est-ce que je me serais fait comme amis durant ce périple !),


et une petite larme versée (les gens qui se demandaient ce que Gadget pouvait bien photographier devant la poste l’ont quand même bien consolé, il y a même une vieille dame qui lui a donné un kleenex),


je me console en me disant qu’Autun, ça doit être bien aussi, et que je serai sans doute super bien accueilli par miss Ynys.

Allez, en route pour de nouvelles aventures !

Marcel.

Commenter cet article

Gadget 18/05/2009 13:07

Rhooo quel con, je n'ai même pas parlé dans mon reportage du fameux et annuel "Week-End ludique d'Anse"...

Guillaume 18/05/2009 11:50

Excellent reportage !

Vraiment sympa de suivre la vie du Marcel après l'avoir rencontré...

P.S. : chez moi, il a vu le Mont-Blanc ;-)

Barbara 18/05/2009 07:49

Merci pour ces très belles photos. Le temps d'un instant, je me croyais en vacances, en repos... ;o)))